« Au commencement était le verbe » de Sylviane Dupuis

Actualités, Généralités

I



Parution : mai 2021
ISBN 978-2-88927-883-1
nb de pages : 256
format : 140 x 210 mm
Prix: 21 euros

Cet essai de Sylviane Dupuis développe la « leçon d’adieu » prononcée à la Faculté des Lettres de l’université de Genève le 6 mars 2019, essai qui est dédié à la mémoire d’Adrien Pasquali décédé en 1999 alors qu’il était en charge du Séminaire de littérature romande.  Sylviane Dupuis lui a succédé en 2004 et a occupé cette chaire jusqu’en 2018.

(…) le livre que j’écris continue le Livre qu’on m’a lu (…)

Le texte d’Yves Laplace tiré de Fils de perdition placé en exergue éclaire la visée de l’ouvrage : 

L’auteure balise pour sa part son projet dans l’Avant-Propos : Ainsi la « littérature romande », telle qu’elle s’invente au XXe siècle de Ramuz aux années 1970, se démarque-t-elle des littératures tant française que francophones (bien qu’apparentée à l’une comme aux autres) par une double caractéristique : d’une part sa fidélité au Livre, réserve d’images, de fables, de figures et de préceptes, mais aussi texte-matrice de nombreuses œuvres issues tant du versant protestant que du versant catholique de la Suisse francophone – en dépit de l’agnosticisme de la majorité des auteur(e)s ; et d’autre part, chez poètes et prosateurs, romanciers ou romancières, un rapport de nature essentiellement poétique à la langue, et à la forme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s